[Festival des Jeux de Cannes 2020] La folie du samedi 22

Le samedi est sans nul doute la journée la plus chargée du festival. Les tables sont plus rares et il devient plus difficile de jouer tranquillement et surtout d’enchaîner les parties. Mais, c’était sans compter sur notre abnégation ( et surtout notre faim de jouer !)…

Nos découvertes ludiques (12 parties jouées)

Mystery House (Gigamic) : Gigamic se lance aussi dans les jeux d’escape game. Et pour se démarquer de ses prédécesseurs l’éditeur nous propose un jeu en 3 dimensions. A partir d’une boîte, dans laquelle on place des cartes représentant des murs, les joueurs doivent résoudre une série d’énigmes afin d’obtenir l’objectif du scénario. 4 tables de jeu durant tout le festival, un scénario de 20 minutes et pour autant, il était très difficile de pouvoir y jouer. Voilà qui devrait vous faire comprendre à quel point ce jeu est bon, très bon…

Dicycle Race (Banana Smile) : Un énorme coup de coeur pour ce petit jeu qui cache une montagne, que dis-je, un Mont Ventoux de possibilités. Dans ce jeu de courses cycliste, il faudra parvenir à franchir les différents chemins représentés par les cartes. Pour cela, une condition est énoncé sur cette carte, et il vous faudra l’accomplir avec 6 dés, qu’il faudra choisir judicieusement. En effet, si vous réalisez la condition inscrite sur la carte juste devant votre vélo, vous avancerez d’une case. Mais avec 6 dés, on peut le plus souvent tenter de passer deux, trois voire quatre cases d’un coup. Et là, le choix des dés devient crucial. Est-ce qu’on risque de ne prendre q’un dé de cette couleur permettant de passer la première carte, ou bien on assure un passage serein, et tant pis pour les échappées des autres coureurs. C’est que si vous ne passez pas cette première carte juste devant vous, vos adversaires pourront profiter de l’aspiration pour vous dépasser en utilisant un des dés que vous n’avez pas pu utiliser. Un jeu de gestion de risques aux dés, très malin, et surtout avec un joli matos qui offre une tonne de possibilités en terme de circuits, de façons de penser la course, voire même de penser la victoire. Quelque soit votre idée sur le cyclisme, il y aura une variante faite pour vous dans la boîte !

Flyin’ Goblin (Iello) : Vole vole petit oiseau…. et évite les gobelins qui arrivent sur le château ! Dans ce jeu, les joueurs envoient à l’aide d’une catapulte des gobelins volé de l’or et des pierres précieuses dans les différentes salles d’un joli édifice. L’or sert à recruter des gobelins supplémentaires. Les pierres précieuses correspondent aux points de victoire gagnés par le joueur. On passe donc sa partie à recruter des alliés et à tenter de remporter des pierres précieuses en les volant dans les salles du château ou chez ses adversaires. Mais attention ! car il faudra être rapide, au risque de mal viser et tomber sur une salle qui nous pénalise, car la manche s’arrête lorsque tous les joueurs sauf un ont lancé leurs gobelins. Flyin’ Gobelin est un jeu d’adresse assez amusant pas si facile à prendre en main mais qui se joue avec beaucoup de plaisir même entre adultes. Vous pourrez découvrir une manche en vidéo ici.

Colt Super Express (Ludonaute) : Digne descendant de Colt Express sorti chez le même éditeur en 2014, ce jeu propose une version plus légère mais tout aussi fourbe que son aîné. Les joueurs programment simultanément et face caché 3 cartes action. Ces cartes permettent de monter ou descendre, de se déplacer, de tirer sur un adversaire, ou même de riposter. A la fin de chaque manche, le dernier wagon du train se décroche emportant avec lui les bandits s’y trouvant dedans. tandis que le joueur le plus proche de ce wagon gagne la carte correspondante. Le dernier joueur restant le wagon remporte la partie. Si plusieurs joueurs réussissent cet exploit, ils se départagent en fonction du nombre de cartes wagon gagnées.Colt Super Express offre des sensations très proche de la première version tout en le rafraîchissant et en le rendant plus rapide, fluide et dynamique. Une belle réussite.

Bermuda Pirates (FoxMind Games) : Yo ho, yo ho, a pirate’s life for me ! Partons donc à la recherche de pierres précieuses dissimulées aux quatre coins d’une île. Oui mais pour faire avancer notre bateau, il ne sera pas question ici de cartes ou de dés mais d’adresse. En effet, les joueurs doivent déplacer leur bateau en le poussant par l’arrière du bout d’un bois tout en évitant des tourbillons matérialisés par un astucieux système d’aimants. Des bouées (plus ou moins nombreuses en fonction de la difficulté choisie) sont à la disposition des joueurs afin d’essayer les très nombreux emplacements des tourbillons et ainsi trouver un chemin sûr jusqu’à l’île aux pierres précieuses. Le premier joueur à ramené 4 pierres précieuses de couleurs différentes remportent la partie. Mémoire, dextérité, et un brin d’audace sont nécessaires pour bien figurer dans ce jeu qui plaira aux enfants grâce à son système et son matériel amusant.

Super Cats (Grrre Games) : Cinq petits chats tous mignons, voilà de quoi se compose votre équipe. Le jour, vous ronronnez tranquillement. Mais la nuit, quand le crime reste imouni, vous vous transformez en super héros ! Alors quand vous avez vu arriver RoboDog dans votre ville, votre sang n’a fit q’un tour. Il vous faut l’affronter. Oui mais voilà : les autres bandes de chats superhéros autour de vous ont évidemment la même envie. Et une seule équipe de cinq chats pourra affronter le toutou robotique. Il faut vous départager ! Sur le principe adapté du chifoumi, en choisissant avec vos doigts un chiffre entre 1 et 5, et en étant le seul à jouer ce chiffre. Il faudra un peu de bluff et de guessing pour arriver à revêtir vos capes avant les autres. Une fois qu’un joueur a réussi à transformer ces cinq chats en supercats, le deuxième round commence. Tous les adversaires jouent en même temps RoboDog contre les cinq matous du gagnant de la première manche, dans la même mécanique adaptée à ce combat final. Un joli jeu d’ambiance, qui vous fera miauler de plaisir, et beaucoup rigoler

Les casses têtes à monter soi-même de NKD Puzzle : Véritable objet d’art et en même temps casse-têtes super bien conçu, ces puzzles à monter soi même sont à eux seuls une magnifique prouesse d’ingéniosité et d’inventité. Dans un style plutôt steam punk les différentes créations de NKD puzzle permettent à la fois de passer un bon moment en construisant son objet mais également de prendre du plaisir dans la résolution de l’énigme à résoudre. Nous sommes admiratifs de leur travail et cela méritait, nous semble-t-il, que nous vous en parlions aujourd’hui.

Pocket Investigation (Argyxgames) : Vous êtes fans de jeux coopératifs d’escape room, mais avez toujours trouvé que cela manquait un peu de liberté ? Vous avez été déjà frustré de ne pas pouvoir utiliser votre téléphone portable pour chercher un indice ? Alors la gamme des Pocket Investigations devrait vous ravir. Le principe est on ne peut plus simple : Le jeu est une enveloppe cachetée, contenant du papier certes, mais également de vrais objets (nous avons vu dans le scénario avant nous des puzzles et un bonnet). Dès que vous l’avez ouverte, le jeu démarre. A vous de suivre les pistes lancées, et d’utiliser absolument tout ce que vous voulez pour résoudre les énigmes. Un renouvellement rafraîchissant de ce type de jeux qui fait fureur, un matériel bien pensé et de chouettes idées de recherche, qui nous ont amené sur les réseaux sociaux de personnes fictives, tout en triturant des objets physiquement présents dans l’enveloppe… et tout cela devrait vous occuper entre 40 minutes pour l’enveloppe d’initiation jusqu’à 1h30 pour l’enveloppe la plus corsée (nous avons joué un scénario d’initiation , mais la société Argyx Games a déjà édité 4 enveloppes complètes). Quel bonheur en tous cas de ne plus être limité par le papier ! Affaires (de poche) à suivre !

Valentine’s Day (Blue Orange) : C’est le 14 février, et vous comptez offrir un bouquet de roses. Avec des cartes contenant roses mais aussi épines, vous allez faire une proposition crapuleuse à un adversaire : Ma jolie fleur, tu en veux dans ta composition florale ou pas ? Si l’adversaire accepte, il place sa carte dans son bouquet. Sinon, elle vous revient. Mais pour ne pas vous taper la honte en rentrant à la maison, vous avez décidé que 1 ou 2 roses, c’est pas énorme. A partir de trois, ça commence à devenir sympa. 10 roses vous offre la victoire. Oui, mais les fleurs, c’est périssable, comme disait Jacques Brel. Surtout avec trop d’épines. 5 d’entre elles vous oblige à défausser votre bouquet et à recommencer. Alors quand vous aurez récupéré suffisamment de roses pour faire un joli bouquet, vous pouvez le mettre de côté pour marquer des points à la fin de votre tour. Un jeu classique mais efficace.

Les dents de la mer (Ravensburger) : Un terrible requin blanc terrorise les plages de votre comté. Les trois personnages du film vont s’allier pour chasser le monstre tout d’abord aux abords de l’île, puis dans une deuxième partie en haute mer. En effet, Les dents de la mer est en fait deux jeux de guessing en un : dans les premiers temps il faudra pour les trois héros s’aider pour protéger les nageurs imprudents, se débrouiller pour tenter de deviner la position plus ou moins précise du requin afin de lui balancer des barils dans la gueule. Pendant ce temps, le joueur jouant le requin n’a qu’une idée en tête : croquer du maillot de bain. Il joue ses cartes face caché, naviguant entre eaux profondes et bords de plage en essayant de ne pas se faire repérer. La manche 1 s’arrête soit lorsque le requin a mangé 9 vacanciers, soit lorsque les héros ont réussi à lui placer deux barils dans la bouche. La manche 2 commence alors, avec plus ou moins de bonus pour les joueurs suivant le dénouement de la manche 1. Le requin attaque alors sans relâche le bateau des héros, qui eux n’ont qu’une idée en tête : le tuer. Un duel à mort en mer, serré, indécis, équilibré même si asymétrique, bien pensé, intelligent, prenant, respectant l’univers de la série avec du beau matos… « Jaws » dire que nous avons là une très belle réussite.

Le défi de la reine (Renegade) : premier jeu solo testé à Cannes. Vous incarnez la reine qui doit combattre 8 adversaires avant de subir trop de blessures. Le jeu se joue en plusieurs manches, qui commencent par une minute pour lancer les dés représentant les blessures infligées aux adversaires. A vous de ne rejouer que les dés inutiles, et de réfléchir vite à la meilleure combinaison…mais vous n’avez pas le droit de rejouer les dés s’ils sont seuls à afficher une valeur ! Beaucoup de stress mais une minute cela passe très vite. C’est un petit jeu très sympathique à sortir facilement. Le sablier ajoute un challenge intéressant par rapport aux autres jeux solos que je connais, je recommande, j’ai passé un bon moment.

Via Magica (Hurrican) : C’est un jeu de « loto », mais au lieu de cocher des numéros, il faut cristalliser des animus afin d’ouvrir des portails magiques. Les joueurs jouent tous en même temps. On pioche un animus et chaque joueur positionne un de ses cristal sur l’animus correspondant. Si tous les animus du portail sont cristallisés, le joueur crie « Incantatum ! » et valide un portail. La partie s’arrête quand un joueur a validé 7 portails. Chaque portail a un pouvoir particulier. Il faut donc choisir quel portail ouvrir en premier afin d’optimiser ses cristaux. Des cartes bonus viennent rajouter des points en fonction du type de portails ouverts et du nombre. Un jeu à partir de 7 ans qui se joue assez facilement pour les plus jeunes mais qui peut reste toujours aussi intéressant pour les grands. De plus, les joueurs pourront rentrer pleinement dans l’univers grâce aux très jolies illustrations.

Nos rencontres

Toujours autant de contacts pris avec des éditeurs à l’écoute de nos propositions. Mais nous souhaitions aujourd’hui mettre en valeur tous ses animateurs qui depuis jeudi sont là pour nous divertir au péril de leurs voix. En effet, et nous sommes nombreux à l’avoir vécu durant le Val des Jeux, animer dans un festival n’est jamais chose facile. Il faut savoir être disponible pour tous (et même à Cannes, chaque animateur gère 3-4 tables) tout en gardant le sourire et l’énergie nécessaire pour faire vivre la plus belle expérience aux festivaliers passant de stands en stands. Un grand BRAVO donc pour eux !

Cette journée du samedi a également été l’occasion pour nous de discuter avec de nombreux auteurs et illustrateurs au cours de dédicaces. Leur simplicité et leur accessibilité les honorent. Nous avons beau être des personnes « badgées » sur le festival, nous n’en sommes pas moins que des bénévoles de notre belle asso, et rien de plus. Pourtant, c’est avec une bonne humeur communicative que ces pontes du jeu de société nous accueille et nous parle de leur vision du jeu et du travail d’auteur, tout en ponctuant leur discours d’anecdotes et petites blagues.

Enfin, en parlant de professionnel, cette journée nous a aussi permis de passer plus de temps dans l’espace professionnel du salon et soyons franc, il y a de forte chance que nous y passions bien plus de temps l’an prochain afin de pouvoir profiter de jeux inaccessibles dans les allées du festival et surtout d’un peu plus d’air frais et d’espace… sans parler de la façon bien spéciale de finir les soirées. Chut !!! je ne peux pas trop en dire…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.